Blender et Textures

Mon petit chemin sur Blender continue, cette version 2.80 is just amazing comme dirait l’autre, sérieusement, pourquoi investir dans des logiciels à 9000€ avec des logiciels comme celui là. Il faut vraiment aider les développeurs en contribuant financièrement car sur leur temps libre, ils offrent un logiciel exceptionnel à tout un chacun permettant ainsi à n’importe qui de passionné de créer et non plus consommer!.

J’ai connu des années frustrantes qui m’obligeaient à utiliser des logiciels dont je n’avais pas forcement le droit de les utiliser ou des logiciels payés qui ne me permettaient pas de réaliser grand chose. Blender est un cadeau, un immense cadeau.

Ma contribution est la réalisation d’une énorme bibliothèque de milliers de textures libres que tout un chacun pourra utiliser, de la manière la plus simple et je suis en cours de réalisation de tutoriaux blender sur les différentes fonctionnalités et qui sera étoffé avec le temps.

J’ai également rencontré via internet des personnes extêmement collaboratrices qui aiment à échanger sur le logiciel et partager leur savoir faire. Cela est également un ‘cadeau’ offert par internet et il faut savoir être reconnaissant en échangeant également.

Aller hop une première image suivant un tutoriel, pour apprendre les sytèmes de fluides, collision et surtout texturing, avec rendu en cycles, bientôt en eeve

Petit conseil impression 3D

Après avoir majestueusement cassé ma première imprimante 3D à cause d’un filament ABS censé être géré par celle-ci , démonté l’extrudeur avec grande difficulté et cassé le module d’impression le jour de noël, parce-que je ne trouvais pas les pièces de remplacement, au risque peut être de les payer très cher, et parce-que réinvestir avec ce prix ne m’enchantait guère, j’ai acquis une imprimante 4 fois moins chère, d’une conception plus récente (2018 au lieu de 2016)……. avec une bien plus grande surface d’impression, aussi rapide voir plus, plus facilement paramétrable et réalisant une meilleure impression malgré une hauteur de couche 2 fois plus grande (0.1mm au lieu de 0.05mm)

Cette expérience met en relief que plus cher n’est pas meilleur…, cela dit j’aimerai bien une Volumic 30 Ultra avec double extrudeur…. avis aux âmes charitables !

  • Achetez toujours une imprimante avec une disponibilité de pièces importante et courante. Evitez les modèles hybrides alléchants d’un point de vue technique et prix, que personne connait. L’expérimentation des produits est pour ceux qui ont les moyens….
  • Vérifiez bien évidemment que les consommables ne soient pas non plus spéciaux….pas des filaments de telle marque en particulier… l’expérience des  imprimantes classiques avec monopole sur les consommables dont on n’a aucun contrôle sur les augmentations de prix devrait désormais être acquise.
  • Regardez les avis sur internet, lisez l’anglais également, c’est bien d’avoir des avis étrangers, plus expérimentés pour des imprimantes qui arrivent toujours en retard sur le marché français.
  • Ne passez pas à côté des imprimantes à monter ou partiellement montées, elles sont très formatrices pour comprendre leur fonctionnement notamment pour de futures maintenances même si vous passez une heure à la monter et vous apercevez que vous avez monté un élément à l’envers malgré toutes les recommandations!

Quant aux impressions, je ne vais pas répéter ce que les experts disent, à savoir que la 1ère couche est la plus importante, si elle n’adhère pas, c’est être assuré d’une impression loupée et du temps perdu….et enrageant quand 90% de l’impression est effectuée après 10 heures….

Personnellement, hormis le fait que le lit doit être nickel d’un point de vue propreté et qu’il soit calibré, qu’il soit en verre, en métal, avec un buildtak… j’ai toujours loupé mes impressions si je n’ajoutais pas de colle blanche écolier.

Dans Cura, ou Repetier, je fais en sorte de mettre la chaleur du lit initiale à 100°C ensuite sur l’imprimante, j’attends que la chaleur du lit soit à 100% et à 85/90% de la chaleur de la buse (200° pour filament PLA) je commence à déposer la colle sur la surface d’impression supposée, histoire que la chaleur du lit ne sèche pas la colle avant que les premiers filament soient déposés et collés. Ensuite, en cours d’impression de la première couche, j’interromps à plusieurs reprises celle ci pour coller à nouveau les filaments déposés. Cela permet de s’assurer que le modèle ne se détachera pas en cours d’impression même si les impressions 3D restent encore aléatoires avec du matériel grand public.

Ensuite je passe  20 minutes à surveiller la création des 3 premières couches plutôt que laisser faire et perdre des heures d’impression et du filament sans compter le coût énergétique.

A la fin de l’impression le modèle reste facilement détachable et le support est nettoyable avec de l’eau pour enlever la colle.

 ➡ Appel aux créateurs d’imprimantes… Pourquoi ne pas créer des imprimantes qui lors de la première couche ajoute une colle à l’eau avec le filament, laisse sécher celle-ci avant de continuer l’impression? Pourquoi ne pas également intégrer des système d’analyse de couche et filaments avec laser pour avertir et interrompre une impression jugée anormale avec la possibilité de reprendre la dernière couche ?

 ➡ Appel aux fabricants français pour le grand public, comme Dagoma, Volumic, pourquoi ne proposez vous pas des produits grand public abordables dont les pièces de rechange sont facilement trouvables sur le marché courant? Pourquoi ne reprenez-vous pas des modèles opensource dont on trouve des pièces facilement, pour en apporter des ajouts techniques modulaires  qui apporteraient une vraie plus-value ( laser, scanner, auto-nivellement, double extrudeur, caches, réduction bruit, contrôle impression etc) ?

 

BLENDER 3D, en avant toute…

Comme il ne m’est pas possible d’évoluer avec 3DSMAX vu que je ne dispose pas des dernières versions et en raison de son coût rédhibitoire, ne permettant qu’aux privilégiés de s’entrainer sur ce logiciel professionnel que j’adore, c’est avec une certaine appréhension que je me lance sur Blender3D dont les possibilités sont époustouflantes à un coût….nul si ce n’est le temps passé mais quand on aime, on ne compte pas!.

Mes premiers essais qui remontaient à plusieurs années m’avaient rebuté en raison de son interface peu intuitive comparée à Max. Cette interface n’a que peu évolué mais me semble meilleure. C’est ainsi que je m’essaie avec des tutoriaux en ligne sur ce logiciel aux possibilités illimitées.

allez hop, un premier test

CREATIONS DIVERSES

vidéos tests sous 3dsmax3